Crédit : gourmandiz.dhnet

Tous les produits vendus en Europe qui souhaitent se dire issus de l’agriculture biologique doivent faire figurer le logo européen, sauf tolérance pour écouler les stocks antérieurs.

Dans tous les cas où il est utilisé, doit figurer l’indication du lieu de production des matières premières agricoles composant le produit : «Agriculture UE», «Agriculture Non UE» ou «Agriculture UE/non UE».

Le règlement entré en vigueur en janvier 2009 harmonise les conditions de production en agriculture bio.

Quels sont les engagements du label ?

  • Culture
  • Garantie sans pesticides chimiques.
  • Sans traitements chimiques après récolte.
  • Elevage

Une alimentation sans pesticides chimiques et majoritairement composée de céréales. Toutefois, cette alimentation n’est pas forcément produite sur l’exploitation : elle peut provenir d’autres exploitations biologiques de la même région.

Une interdiction de traces d’OGM au-delà des 0,9 % admis en cas de contamination fortuite.

Un recours limité aux traitements vétérinaires et aux médicaments. Par exemple, les poules pondeuses peuvent recevoir un maximum de trois traitements antibiotiques par an, les poulets de chair, un seul.

Le bien-être des animaux garanti par un espace minimal et un accès au plein air.

Le nouveau règlement autorise la mixité, autrement dit une même exploitation peut produire du bio et du non bio.

Label européen de l’agriculture biologique : garantit que les fruits et légumes proviennent de l’agriculture biologique (les produits composés contiennent min. 95 % d’ingrédients bio). Ce label est souvent accompagné d’un des labels ci-dessus. Ils ajoutent parfois quelques règles supplémentaires mais tous respectent au minimum les critères du label européen.

.adsbygoogle || []).push({});

Nature & Progrès : respecte les chartes de l’agriculture biologique de Nature & Progrès. Marque associative privée.

Demeter : garantit que le fruit ou le légume provient de l’agriculture biologique (produits composés : min. 95 % d’ingrédients bio). Respecte également les principes de la biodynamie (par ex. nécessité d’avoir du bétail au sein de l’exploitation agricole).