Cette maladie chronique, qui touche actuellement plus de 400 millions de personnes, continue sa progression au niveau mondial. Le diabète se développe lorsque le corps n’est plus capable de produire de l’insuline, ou ne parvient pas à l’utiliser normalement. Les 3,3 millions de français concernés par cette pathologie sont ainsi exposés à certaines complications, comme le risque accru de maladies cardio-vasculaires, de troubles visuels, etc. Qu’est-ce que le diabète, quels sont les premiers signes, comment se soigner ?

Qu’est-ce que le diabète de type 1 ?

Le diabète de type 1 – ou diabète insulinodépendant – touche plus souvent l’enfant, l’adolescent voire le jeune adulte. Le diabète de type 1 survient lorsque le pancréas ne produit plus assez ou, plus du tout, d’insuline. Cette anomalie est liée à un fonctionnement anormal du système immunitaire qui détruit les cellules du pancréas chargées de produire l’hormone. Pour compenser, celle-ci doit être administrée « artificiellement » au quotidien par une injection sous cutanée d’insuline (via une seringue, un stylo ou une pompe). Il s’agit d’un traitement d’insulinothérapie.

Qu’est-ce que le diabète de type 2 ?

Le diabète de type 2 – qu’il soit diabète non insulinodépendant ou insulinodépendant – est le plus commun. Le diabète de type 2 représente 90 % des cas. Il concerne le plus souvent les personnes de plus de 45 ans au régime alimentaire souvent déséquilibré, en surpoids voire obèses. Ces personnes peuvent ainsi faire face à une insulinorésistance : l’insuline est mal utilisée par les cellules de l’organisme, d’où des hyperglycémies répétées. Les traitements du diabète de type 2 par pompe à insuline et un suivi médical limitent les conséquences parfois graves de la maladie.

1 – UNE CICATRISATION LENTE

L’un des symptômes les plus communs du diabète est une cicatrisation lente des plaies.

En effet, la glycémie élevée dans le corps des diabétiques accentue et aggrave l’inflammation causée par les plaies tout en obstruant la circulation sanguine. Lorsque le sang n’arrive pas facilement au niveau de la peau abîmée, la guérison des plaies devient plus lente, pouvant entraîner de nombreuses complications.

2 – DES PROBLÈMES GYNÉCOLOGIQUES PEUVENT ANNONCER UN DIABÈTE

Certaines affections urogénitales peuvent être des signes de diabète. Les symptômes génitaux peuvent se manifester davantage chez les femmes que chez les hommes. Des infections urinaires à répétition, par exemple, ainsi qu’un taux élevé de sucre dans le sang, sont deux signes importants à prendre en compte. Le diabète provoque l’excrétion d’une plus grande quantité de glucose dans l’urine, ce qui entraîne une augmentation des infections des voies urinaires. Cependant, certains de ces symptômes sont souvent mal compris, surtout par les femmes ménopausées plus âgées. La sécheresse vaginale et l’inconfort pendant les rapports sexuels sont aussi des signes de diabète, et le gain de poids augmente également les risques.

.adsbygoogle || []).push({});

3 – UNE SOIF FRÉQUENTE ET RÉCURRENTE

Crédit : wecookwecare

Pas de panique ! Si vous avez consommé des mets particulièrement salés, si votre bureau ou votre appartement est surchauffé ou si c’est le plein été, il est parfaitement justifié d’avoir nettement plus soif. En revanche, sans causes extérieures, cela peut signer un prédiabète.

Décryptage : Quand le taux de sucre est trop élevé dans le sang, les molécules de sucre passent dans l’urine, ce qui n’est pas le cas normalement. Pour parvenir à éliminer ce sucre, l’organisme a besoin de le dissoudre le plus possible, ce qui requiert énormément d’eau qu’il ponctionne dans celle du corps, à savoir dans les muscles et les tissus. Ce processus lui demande un temps considérable, pendant lequel on se déshydrate. D’autant qu’en parallèle on urine beaucoup plus qu’à l’habitude, ce qui augmente la soif.

Un repère :  » Consultez si la soif survient plus d’une fois toutes les deux heures et si, la nuit, elle vous réveille au moins deux fois avec le besoin de boire un verre d’eau « , indique le Dr Paule Nathan, endocrinologue diabétologue, auteure du Guide de sagesse alimentaire (L’œuvre éditions).

4 – UN ÉTAT DE FATIGUE PRÉPONDÉRANT MÊME SANS ACTIVITÉ PHYSIQUE.

L’insuline ne fait plus pénétrer le glucose dans les cellules. L’organisme utilise à la place les acides gras et produit de l’acétone qui acidifie le corps et intoxique le cerveau. Cela peut être accompagné de pertes de connaissances.

5 – UNE VISION FLOUE

Il arrive parfois qu’une personne souffre d’une vision embrouillée ou floue mais que son ophtalmologue ne découvre rien en examinant ses yeux. Si tel est votre cas, cela pourrait constituer un signe avant coureur de diabète.

La vision floue est liée à un excès de sucre dans le sang, menant à un épaississement et à un durcissement des vaisseaux sanguins responsables de l’irrigation de l’oeil.