Crédit : carrefourivoire

Petit nouveau dans le paysage de la super-food, le moringa joue déjà dans la cour des grands ! Cet arbuste originaire d’Inde brille pour ses puissants pouvoir nutritifs et ses nombreux bienfaits.

Qu’est-ce que le moringa ?

Le moringa (Moringa oleifera) est un arbre de la famille des moringaceae, poussant originellement au nord de l’Inde et du Pakistan, aujourd’hui présent dans toutes les régions tropicales et sub-tropicales. Résistant à la sécheresse, sa croissance est extrêmement rapide, et il peut atteindre jusqu’à 12 mètres de haut.

Toutes les parties du moringa sont bonnes à consommer : les feuilles (c’est ce qu’on mange le plus), les graines et leur huile, les fleurs, les gousses, l’écorce. On en retrouve d’ailleurs dans de nombreux plats indiens, thaïlandais, éthiopiens, réunionnais, malgaches… Mais ce sont ses feuilles qui sont les plus nutritives, et qui nous intéressent ici.

  • Le Moringa possède un énorme potentiel.
  • Son intérêt est diététique, agronomique et médicinal.
  • Le Moringa est très riche en éléments nutritifs (vitamines, minéraux et protéines).
    .adsbygoogle || []).push({});

Le Moringa est un arbre d’une extrême puissance, ses feuilles fraîches procurent par gramme:

  • 7 fois autant de vitamine C que les oranges.
  • 4 fois autant de calcium que le lait.
  • 4 fois autant de vitamine A que la carotte.
  • 3 fois autant de potassium que les bananes.
  • 3 fois plus de fer que dans les épinards et autant de protéines que les œufs de poule.

Le moringa contient aussi de nombreuses substances antioxydantes.

Tout est comestible chez le Moringa: les fleurs, les jeunes gousses, les rameaux, les feuilles, les graines et les racines.

La saveur de la racine est piquante et rappelle le raifort, les graines donnent l’huile de Ben.

Utilisations Alimentaires

  • Dans la cuisine traditionnelle du Sahel, les feuilles séchées et broyées de certaines espèces sont utilisées en sauce pour relever les mets.
  • Les fruits (gousses) sont traditionnellement consommés en Inde et même exportés.
  • Rapportées à la Réunion par les engagés indiens au xixe siècle, les brèdes (feuilles) mourongue sont cuisinées en bouillon et les bâtons (gousses tendres) mourongue sont débités et accommodés avec de la morue dans un délicieux cari.
  • Au Cambodge, les jeunes feuilles et les fruits sont utilisés dans différentes soupes