Crédit : mojerecepty

Présente dans les ragoûts, le pesto ou les pommes de terre sarladaises ou encore mixé avec les légumes de votre plancha, l’ail (Allium sativum) est un ingrédient incontournable dans nos cuisines. Faire pousser de l’ail est facile, alors lancez-vous dans sa culture et amusez-vous à tester tous les types d’ail et d’arômes disponibles !

1 – QUAND PLANTER L’AIL : QUEL MOIS CHOISIR ?

Planter des l’ails sur le balcon est une idée économique. En automne, l’ail violet et l’ail blanc sont à privilégier, car ils se plaisent en terre durant cette période de l’année. Quant à l’ail rouge et l’ail rose, ils poussent mieux au printemps. En fonction des régions, ce légume racine se plante en novembre, un mois avant les premières gelées. Ainsi, il peut prendre de l’avance et avoir de belles tiges vertes. Les gousses reprendront leur croissance au printemps et seront plus développées que celles qui ont été plantées à cette période.

  • L’ail blanc se plante en automne d’octobre à décembre. Il se met en terre tant qu’il ne gèle pas et au plus tôt, car sa croissance est longue. Il atteint sa maturité au bout de 6 à 8 mois. L’ail blanc apprécie le froid. S’il est planté par temps chaud, il aura du mal à avoir de belles têtes.
  • L’ail violet et l’ail rouge se plantent en automne. Ils sont frileux et nécessitent un climat doux.
  • L’ail rose se cultive au printemps, en janvier, en février et en mars.

2 – COMMENT PLANTER L’AIL ?

Plantation des caïeux (ou gousses) :

Pour obtenir des têtes garnies de nombreux caïeux, il est recommandé de planter l’ail dans une période s’étalant de 5 jours avant la pleine lune jusqu’au jour suivant celle-ci.

En revanche, si votre objectif est plutôt d’avoir de grosses gousses (mais forcément moins nombreuses sur une tête), privilégiez plutôt les jours racines, en lune descendante ou montante (les biodynamistes sont divisés à ce sujet… les 2 sont donc possibles).

Choisir les gousses extérieurs des têtes pour la plantation pour obtenir de grosses têtes. Les gousses intérieures pourront servir de semences destinés à la production d’aillet (ail frais en tige récolté à partir de mois d’avril).

Planter les gousses  la tête en haut, à 2 ou 3 cm de profondeur en lignes distantes de 20 à 25 cm et à 10-12 cm d’écartement sur la ligne.

.adsbygoogle || []).push({});

3 – LES PARASITES ET MALADIES À SURVEILLER

Ce bulbe est assez résistant et est rarement atteint par des agents extérieurs. Il faut toutefois surveiller le mildiou, la rouille de l’ail ainsi que la mouche de l’oignon.

Son plus grand ennemi est l’eau. En effet, la plupart des problèmes de cultures surviennent à cause d’une trop grande humidité et de l’eau stagnante.

4 – RÉCOLTE DE L’AIL

La levée se produit environ 1 mois après la plantation.

Avant de récolter l’ail, pensez à nouer les tiges qui commencent à jaunir de manière à stopper leur développement et favoriser la concentration de la sève dans la tête d’ail.

Lorsque les bulbes atteignent une taille respectable et semblent bien formés (en juin / juillet selon la variété cultivée), c’est le moment de récolter votre ail !

  • La récolte se fait en été, en général en juin-juillet.
  • Avant de stocker l’ail, faites le sécher quelques jours au soleil.
  • Ensuite, nettoyez-le et conservez-le dans un endroit sec, aéré et plutôt frais.

A noter aussi qu’il est possible de récolter l’ail en vert dès le printemps (en général courant mai) et de consommer ainsi aussi bien les bulbes que les feuilles.