Crédit : mojerecepty

Décoratif et gourmand, le myrtillier est un arbuste qui se cultive facilement au jardin ou dans un grand pot, sur un balcon. Moyennant un entretien réduit, il vous comblera de délicieuses myrtilles durant l’été…

Comment faire pousser des myrtilles à la maison à partir de graines. Comment les myrtilles se reproduisent

1 – CHOISISSEZ LA BONNE VARIÉTÉ

Avant de planter vos myrtilliers, faites quelques recherches pour trouver la bonne espèce qui s’adaptera à votre climat. Certains supportent les gelées (comme le Northland ou l’Atlantic), d’autres préfèrent les climats plus tempérés (comme l’Ivanhoé ou le Darrow). Si vous le pouvez, choisissez 2 espèces différentes qui vont produire des fruits en décalé. Ainsi, vous en aurez de juillet à octobre. En plus, c’est mieux pour leur pollinisation.

2 – PLANTER LE MYRTILLIER

Le myrtillier n’apprécie que les sols très acides (pH 4 à 5,5) comme la terre de bruyère, et bien drainés.

Dans les sols naturellement acides, il suffira d’ajouter un terreau d’écorces bien décomposées au moment de la plantation. Dans le cas d’un sol non acide, la solution consiste à creuser une fosse de 50-60 cm de profondeur et d’autant de large, de tapisser le fond et les parois d’un feutre géotextile. Versez dans le trou du gravier ou autres matériaux pour assurer le drainage, sur 10cm d’épaisseur. Enfin, remplissez la fosse de terre de bruyère mélangée pour un tiers de terreau forestier bien décomposé.

Le myrtillier se plait sous un soleil direct léger, ou à mi-ombre même assez dense. Il doit être à l’abri des vents secs et des fortes chaleurs.

3 – LE PROCESSUS DE PLANTATION

Le myrtillier se plante d’octobre à mars en sol très acide. C’est un arbre qui demande peu de soins, et qui est peu sujet aux maladies.

Si vous utilisez un plant de myrtille, alors sortez-le de son emballage (Si la plante est en conteneur, il faut l’arroser avant d’enlever le pot). Démêlez la motte de racines, puis placez le plan dans le sol préparé. Vous pouvez ensuite ajouter de plus en plus de terre autour des racines jusqu’à ce qu’il puisse se tenir debout.

.adsbygoogle || []).push({});

Assurez-vous de tasser la couche supérieure du sol (tassez la terre à la main et non pas au pied), puis bien arrosez. Gardez toujours hydratée!

4 – ENTRETENIR LES MYRTILLIERS

Arrosez les plantes. Donnez-leur 5 à 8 cm d’eau par semaine. Faites attention à ne pas trop les arroser, car vous pourriez noyer les arbustes.

Taillez en hiver. Taillez les myrtilliers chaque hiver. La première année, coupez toutes les fleurs pour que les plantes puissent devenir plus résistantes avant de commencer à produire des fruits. La taille permet également de retirer les tiges trop abondantes et celles qui ne produisent pas de fruits afin que les parties productives puissent devenir plus robustes.

  • Toutes les années après la première, retirez les rameaux bas du pied des arbustes en les coupant en biais au niveau du nœud où ils rejoignent la tige principale. Retirez aussi les rameaux morts et les parties jaunes ou dont la coloration est irrégulière.
  • Taillez les myrtilliers communs en coupant les tiges au ras du sol, mais ne taillez pas l’arbuste entier, car les rameaux coupés ne produiront pas de baies l’année suivante. Pour obtenir des myrtilles tous les ans, taillez seulement la moitié de la plante chaque année.
  • Lorsque vous taillez les plantes, retirez entre un tiers et la moitié des rameaux ligneux. Si besoin, vous pouvez éclaircir davantage les tiges.

5 – FERTILISATION

Fertiliser le sol avec des produits biologiques. La fertilisation doit être effectuée au printemps, au réveil des feuilles, et immédiatement après le processus d’élagage.

6 – DES ENNEMIS ?

Oui. Résistant aux maladies, le myrtillier est en revanche attaqué par la chenille arpenteuse qui dévore les feuilles et par les oiseaux qui raffolent de ses fruits. Pour le protéger des volatiles, placez idéalement un voilage lorsque les baies apparaîtront. Et pour la chenille, il n’existe malheureusement pas de traitement préventif. L’idéal sera alors d’intervenir dès l’apparition des premières chenilles en coupant les parties atteintes avec un sécateur ou autres outils. Brûlez-les ensuite.