Crédit : santeplusmag

Knorr, Maggi etc. sont toutes des marques populaires qui sont consommées quotidiennement par des millions de personnes à travers le monde. Ces marques de soupes sont considérées comme assez saines, mais selon des études, la réalité est assez différente.

Les scientifiques disent que ces marques contiennent une variété d’ingrédients malsains, y compris un qui est considéré comme préjudiciable à la santé : le glutamate monosodique.

Si le bouillon en cube séduit les papilles qu’en est-il de l’estomac ? Que peuvent bien contenir ces produits miraculeux ? On y trouve pêle-mêle des ingrédients dont le nom est imprononçable : du glutamate monosodique, du guanylate disodique, de l’inosinate disodique et beaucoup d’autres exhausteurs de goût. Il faut noter que dans beaucoup de pays où la législation est permissive, le détail de ces ingrédients n’apparait pas sur l’emballage. Malgré tout, il y a une indication que l’on retrouve régulièrement sur ces emballages. C’est celle-ci :

« Ne salez pas, ce produit remplace le sel. »

Une analyse du produit prouve que 100 gr de bouillon cube contiennent jusqu’à 60 gr de sel, voire plus pour selon la recette proposée.

Que peut-on trouver dans les bouillons cubes ?

Bien sûr ça va dépendre des marques, mais ce qu’on leur reproche c’est souvent la présence de glutamate monosodique (ou E621), un exhausteur de goût largement utilisé dans l’industrie agro alimentaire. Les experts s’accordent à dire qu’il empêcherait un bon fonctionnement des neurones. Et que plus on en mange plus on a envie de manger. Malheureusement il peut se cacher sous différents noms « arômes, épices, assaisonnement, extrait de levure, acide glutamique… ». Il faut rester vigilent, notamment avec le terme « extrait de levure » qu’on trouve aussi en bio !

Plus largement on va trouver du glutamate dans les produits transformés tels que les chips, les soupes instantanées, certaines charcuteries, le surimi, certains plats préparés, parfois dans des desserts ou bonbons. Il faut savoir qu’en association avec le colorant bleu il serait 7 fois plus nocif. Les cocktails d’additifs il faut donc s’en méfier en général par prudence.

On peut également trouver de l’huile de palme et quand on voit la catastrophe écologique que cette huile engendre, autant privilégier les produits « sans huile de palme ». Je sais ce n’est pas toujours évident même en bio !

.adsbygoogle || []).push({});

On peut trouver aussi du sirop de glucose qui provoquerait la résistance à l’insuline et à plus long terme le diabète. Ce n’est pas dans les bouillons cubes qu’on en trouve le plus mais on peut se demander ce que ça fait là.

Bien souvent on peut y trouver des grands allergènes comme le gluten, le lait, le soja, la moutarde. Pour les personnes sensibles il faut s’abstenir.

Comment faire son propre bouillon cube maison ?

Pour optimiser le goût de vos plats et y ajouter de la saveur, il est parfaitement possible de préparer son propre bouillon à la maison. Pour ce faire, il suffit de vous munir des ingrédients suivants :

  • 3 gousses d’ail
  • 2 carottes
  • 1 poireau
  • 3 branches de céleri
  • 2 oignons
  • 1 bouquet de persil

Comment préparer votre bouillon cube ?

  1. Pour commencer, pelez les gousses d’ail, les carottes et les oignons.
  2. Lavez ensuite vos branches de céleri, le persil et le poireau.
  3. Une fois vos ingrédients prêts, coupez-les en petits dés et plongez le tout dans une marmite contenant 1 litre d’eau bouillante.
  4. Laissez mijoter pendant 1 heure, puis mixez votre préparation dans un blender.
  5. Versez ensuite le mélange dans une sauteuse – sans y ajouter de matière grasse – pour dessécher le tout en remuant pendant environ 10 minutes.
  6. Pour finir, étalez la préparation sur du papier sulfurisé et laissez-la durcir dans le réfrigérateur. Vous n’aurez plus qu’à découper vos cubes pour les utiliser en cuisine !