Crédit : gourmandiz.dhnet

Produit indispensable pour certains, le papier aluminium est présent dans presque toutes les maisons. Ces principales utilisations se limitent à la cuisine, où il sert d’emballage pour aliments. Mais ce produit est-il assez sain pour entrer en contact avec notre nourriture ? Réponse dans cet article.

Une surexposition à l’aluminium

D’après les estimations de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), la dose limite d’aluminium que l’on peut ingérer sans risque au quotidien s’élève à un rapport d’un milligramme par kilogramme par semaine. Aussi, un adulte de 60 kg, peut absorber sans risque une proportion de six milligrammes par semaine.

Si la plupart des personnes n’en ingèrent pas autant, l’omniprésence de l’élément peut conduire chez certains à une surexposition. En effet, on le retrouve notamment dans le maïs, les herbes, les épices et le thé mais aussi dans certains médicaments. S’ajoutent à cela les supports en aluminium utilisés en cuisine.

Selon Ghada Basions, le problème est qu’en cuisant des aliments en papillote par exemple, l’ingestion d’aluminium peut être importante, surtout si le plat contient des solutions acides comme du citron, du jus de tomates, du vin blanc ou encore du sel. Or, la surexposition à l’aluminium peut entrainer de sérieux problèmes pour la santé humaine.

.adsbygoogle || []).push({});

Des scientifiques ont par exemple mis en évidence un lien entre ce facteur et la maladie d’Alzheimer. D’autres ont démontré qu’une consommation élevée pouvait s’avérer nocive chez certains patients atteints de maladies osseuses ou d’insuffisance rénale. L’aluminium est aussi considéré comme neurotoxique, freinant la croissance des cellules cérébrales chez l’humain.