Crédit : santeplusmag

Comme l’année dernière, les méduses devraient accompagner vos vacances… La plus venimeuse, la pélagie, est déjà présente et il y a aussi la physalie, cousine éloignée de la méduse. Si votre enfant se fait piquer, optez pour les bons gestes !

Quels sont les symptômes d’une piqûre de méduse ?

Il est courant de comparer la douleur entraînée par une piqûre de méduse à une décharge électrique. La réaction inflammatoire est le plus souvent immédiate. Parmi les symptômes les plus répandus, on peut citer :

  • Des fourmillements.
  • Des démangeaisons.
  • Une brûlure importante.
  • Une marque rouge de plusieurs centimètres sur la zone de la piqûre.
  • Des vésicules semblables à des piqûres d’orties.

Il faut compter environ une semaine pour que les lésions et la douleur ne disparaissent totalement d’elles-mêmes.

Comment réagir en cas de piqûre ?

Immédiatement

  • Sortez de suite de l’eau : la douleur pourrait vous faire paniquer, et vous risqueriez de vous noyer.
  • Retirez avec précaution les fragments de tentacules restant sur la peau à l’aide d’un objet fin tel un couteau ou un bout de carton.
  • Vous pouvez aussi déposer du sable mouillé sur la zone, gratter légèrement, pour retirer plus facilement les filaments urticants sans les casser.
  • Rincez abondamment la plaie avec de l’eau de mer. Bannissez l’eau douce sous peine de raviver la douleur.
  • Vous pouvez également approcher de la plaie une source de chaleur tel un mégot de cigarette. En effet, le venin de la méduse est thermolabile : il se se dissout à la chaleur.
  • Le vinaigre constitue aussi une solution, surtout qu’on en trouve assez facilement dans les postes de secours des plages. Il contient de l’acide acétique qui permet de décoller les filaments sans les faire éclater.
  • Consultez un médecin en cas de piqûre sur le visage ou de réaction allergique (gêne respiratoire notamment).
  • Informez les autorités de la présence de méduses. Ils se chargeront d’alerter les baigneurs.

Pour ceux qui cherchent une méthode naturelle, vous pouvez faire appel au bicarbonate de soude. Cette poudre blanche polyvalente que l’on utilise à la maison pour divers usages, s’avère très utile pour traiter ce genre de piqûres qui provoquent de fortes démangeaisons. En effet, grâce à son pouvoir absorbant et anti-inflammatoire, le bicarbonate limite l’action de ces types de morsures et apaise grandement la peau. Pour la préparation de cette crème : mélangez un peu du produit avec de l’eau fraîche et appliquez une couche épaisse sur la zone de la piqûre.

Ce qu’il faut éviter après une piqure de méduse

Il ne faut surtout pas frotter la zone piquée, car les restes de filaments urticants peuvent se transférer sur votre main. Le rinçage à l’eau douce est également à proscrire. Au lieu de soulager la douleur, l’eau douce l’amplifie et risque de faire éclater les vésicules présentes sur la peau. Vous pensez peut-être que sucer la lésion pour aspirer le venin aide à l’éliminer, mais ce n’est pas le cas. Évitez également l’application d’alcool sur la blessure et ne l’incisez pas, car vous risquez de faire propager le venin. La pose d’un garrot est également inutile. Les idées reçues selon lesquelles uriner sur la plaie ou appliquer de la salive sur la blessure désinfecte et soulage les douleurs sont fausses. Au contraire, l’urine peut provoquer un risque de surinfection et la salive n’a aucun effet. Par ailleurs, même morte, une méduse échouée sur la plage peut encore transmettre ses venins urticants. C’est pourquoi il faut éviter de la toucher. Quoi qu’il en soit, vous devez toujours surveiller l’évolution de la lésion laissée par les piqures de méduse.